rencontre-master-class-clementine-cabrol-communication-institutionnelle

Rencontre avec Clémentine Cabrol : spécialiste de la com’ institutionnelle

Nouvelle Master Class, nouvel invité de la semaine. Rencontre avec Clémentine Cabrol, spécialisée dans la communication institutionnelle, la communication de crise et dans les réseaux sociaux.

Qui est Clémentine Cabrol et quel est son parcours ? 

Clémentine Cabrol est formatrice et intervenante à l’ISEG en 3e et 5e année. Elle a débuté par le droit à l’Université de Toulouse pour s’est spécialisée en droit des médias et plus tard en communication politique et publique.

C’est lors de ces stages chez Prisma Media (assistante juridique) et au ministère de l’Intérieur que Clémentine Cabrol se créé une réelle expérience. Elle a d’ailleurs passé plus de 5 ans au ministère de l’Intérieur en tant que journaliste web et community manager. Elle y a développé la culture des réseaux et a formé les équipes sur l’importance de ces derniers.

Son expertise en communication de crise

Durant sa carrière au ministère de l’Intérieur, Clémentine Cabrol a appris comment se déroulait la communication de crise. Elle était notamment présente lors de la crise en 2009 sur la grippe H1N1. Un manque de veille lors de cette crise a été ressenti. Suite à cela, elle a formé des équipes sur l’utilisation des réseaux sociaux, en expliquant qu’il ne s’agissait pas uniquement de jeux mais de véritables outils de communication.

Toutes les communications de crise sont différentes, il faut savoir s’adapter à chaque situation. Les clés d’une bonne communication de crise sont tout d’abord l’analyse, il faut savoir prendre du recul et de la hauteur sur les situations et ne pas communiquer dans l’immédiateté. En effet, une communication trop hâtive peut aggraver la situation. Cela paraît paradoxal puisque le temps est un paramètre très important également.

La pression des médias et des réseaux sociaux est très forte, négative et demande de la réactivité or, il faut savoir garder son sang-froid. Si nous n’avons pas plus d’informations, il est important de montrer qu’on est présent, que nous connaissons le problème, même si nous n’avons pas plus d’éléments à apporter. Clémentine Cabrol précise que certaines entreprises décident de ne pas communiquer lors d’une situation de crise et de garder le silence. Cette stratégie peut attirer les suspicions et être défavorable à l’image de la marque.

Par ailleurs, Clémentine a rédigé son mémoire de fin d’études sur ce sujet.

Une journée type au ministère de l’Intérieur par Clémentine Cabrol

Une journée type au ministère est rythmée par 4 activités principales :

  1. Premièrement, il y a la veille ; une veille quotidienne permet de se tenir informer de ce qu’il se dit sur l’organisation. Par exemple, lors de la crise des gilets jaunes, beaucoup de choses ont été dites sur les réseaux sociaux, notamment la planification des mouvements. Cela permet d’anticiper les événements à venir.
  2. Ensuite, il y a un travail de publication ; les publications pour le ministère de l’Intérieur portent essentiellement sur les démarches administratives ainsi que l’actualité.
  3. La troisième tâche récurrente est la gestion des commentaires. En effet, il s’agit d’évaluer la pertinence de ces derniers, qu’ils soient positifs ou négatifs.
  4. Pour finir, il y a la gestion des bad buzz.

Communication publique et politique : quelles différences ? 

En 2017, Clémentine Cabrol intègre le cabinet du maire de Toulouse, délaissant ainsi la communication publique pour la communication politique. Deux types de communication bien distincts. En effet, la communication publique s’articule sur les mesures émises sans prise de position. Cette communication est faite au nom de l’institution, elle est donc moins polémique et moins choc. La communication politique est plus axée sur le discours de la personnalité politique qui prend position sur des sujets.

La vie associative : un élément important selon Clémentine Cabrol

Clémentine Cabrol est engagée en tant que bénévole au sein de la jeune chambre économique de Toulouse. Cette association est destinée aux adultes compris entre 18 et 40 ans. Elle vise à concevoir des projets de vie afin d’aider les jeunes à trouver un premier emploi ou créer des relations professionnelles.

Cette expérience lui permet de développer son leadership et sa curiosité grâce à l’intérêt porté à de nouveaux domaines. Cela lui permet aussi de sortir de sa zone de confort, de continuer à se former mais aussi développer son réseau. Elle s’organise ainsi mieux dans son travail tout en faisant attention à garder du temps pour elle-même.

Le mot de la fin : se laisser du temps

S’accorder du temps, une composante essentielle pour Clémentine Cabrol. Concilier sa vie privée, professionnelle et associative est une exercice pas toujours facile. La clé est de se constituer un planning afin de s’accorder du temps et se découvrir à travers d’autres activités.

Retrouvez toute l’actualité du campus sur le blog !