noa-projet-parcours-iseg-paris

Noa, étudiante de 5e année nous parle de son parcours.

Étudiante de 5e année, Noa nous parle de son parcours au sein de l’ISEG Paris et du MBA Digital Marketing, Communication & Médias Sociaux.

1) Peux-tu te présenter ?

Noa : « Bonjour, je m’appelle Noa Lelong, j’ai 22 ans. Originaire de Montélimar, capitale du nougat, située dans le sud de la France et je suis actuellement en 5e année à ISEG Paris. »

2) Quel est ton parcours à l’ISEG ?

Noa : « J’ai intégré l’ISEG directement après le baccalauréat. J’ai eu la chance de participer à une conférence du directeur des admissions à l’ISEG Lyon, lors de laquelle j’ai eu un réel coup de cœur pour l’école. La manière d’enseigner  « par projet » était exactement ce que je désirais à la suite de mon bac scientifique : utiliser ma créativité et travailler en groupe. Je suis restée 3 ans au sein du campus de Lyon.

En deuxième année, nous avons participé à un projet inter-école avec Epitech et e-artsup. Ce projet nous a appris à assembler nos compétences respectives. Pour notre groupe ça a été un succès puisque à la suite de ce projet, nous avons pu nous présenter à l’OPEN ISEG et remporter 2000 euros !

En troisième année, je suis partie un semestre à l’étranger. J’ai choisi comme destination Madrid, l’université très réputée et les cours en espagnol ont guidé mon choix. Ce fût une expérience très enrichissante et passionnante.

Ensuite, à mon retour en France, j’ai décidé de changer de campus et de venir à Paris pour avoir plus d’opportunités professionnelles pour mon alternance et également pour la suite. J’ai choisi la spécialité marketing pour mon MBA. »

3) Parle-nous de ton alternance.

Noa : « En octobre 2018, j’ai commencé un stage de 2 jours par semaine à la Fondation Vaincre Alzheimer puisque nous avions cours du mercredi au vendredi. En janvier, j’ai donc commencé mon alternance en tant qu’assistante webmarketing et communication. C’est une fondation qui finance la recherche scientifique sur la maladie d’Alzheimer, qui informe et sensibilise le grand public. C’est pour moi une belle manière d’exercer mon métier : en se battant pour une cause. »

4) Quelles sont les missions que tu préfères  ?

Noa : « L’avantage de travailler dans une petite structure est qu’il faut tout faire ! Mes missions sont donc très variées, je n’ai pas le temps de me lasser ou de m’ennuyer. Je participe aussi bien à l’élaboration des campagnes comme à la conception, et honnêtement j’aime tout faire. De plus, avec ma manager nous développons les campagnes ensemble. Cela va donc de la conception graphique à la sponsorisation sur les réseaux sociaux en passant par le montage vidéo et l’analyse des résultats post campagnes.

J’avoue avoir eu beaucoup de chance dans le choix de mon alternance. Nous sous-estimons souvent l’importance de notre manager et pourtant c’est primordial. Car c’est la personne qui va nous former au milieu professionnel ! Ainsi, j’apprends quotidiennement auprès de Catherine Silva qui sait m’accorder sa confiance pour mener des projets en autonomie.

Pour répondre à la question et donner des exemples de missions que je préfère, je dirais :

–  La conception des différentes campagnes de communication et des leviers à activer.

– La mise en place d’évènements.

– La création d’emailings.

– Les créations graphiques : affiches, kakémonos, posts pour les réseaux sociaux, montage vidéo…

Je remercie vraiment toute l’équipe de Vaincre Alzheimer qui m’apporte soutien, connaissances et épanouissement professionnel. »

5) Quelles sont tes ambitions professionnelles ?

Noa : « Pour moi il y a deux sortes de marketing : le marketing et le marketing responsable. Pour ma part j’accorde de l’importance à exercer mon métier au sein du développement durable. Celui-ci repose sur 3 piliers indissociables : l’économie, l’environnement et le social.

J’aimerais donc soit continuer à travailler dans le milieu non lucratif, soit travailler pour un grand groupe au sein du pôle développement durable. À l’image de Kering qui accorde une réelle importance à imaginer un « luxe plus durable et plus responsable », cela pourrait être un objectif. »

Retrouvez d’autres portraits d’étudiants sur le blog.