masterclass-isabelle-roubin-directrice-easycom-iseg-nantes

MASTERCLASS : Isabelle Roubin, directrice à Valeur Ajoutée

Le 22 janvier 2020, le campus de l’ISEG Nantes a reçu Isabelle Roubin, directrice des Services à Valeur Ajoutée chez Easycom ; une agence conseil en communication, marketing, digital, data management… Retour sur cette Master Class enrichissante.

À propos d’Easycom

À son commencement, Easycom était une entreprise familiale. Une imprimerie, née il y a plus de 40 ans et située à Laval. Puis, la nécessité de passer au numérique s’est faite ressentir sur le marché et Easycom a profité de cette opportunité pour prendre un virage stratégique. L’agence a donc commencé à accompagner les clients, face au développement des nouvelles technologies. Ainsi, Easycom a débuté le développement de ses activités : PAO, création, direction artistique ou encore site web.

Aujourd’hui, Easycom est une agence de communication globale qui propose du conseil stratégique, de l’accompagnement et de la création. Cette agence possède cependant un fort attrait pour le print, domaine où elle est spécialiste depuis sa création. Avec des antennes à Paris, Laval et Nantes, Easycom trouve sa force dans son adaptabilité au marché et sa connaissance face aux innovations du marché.

Isabelle Roubin : une carrière entre Paris et Nantes

Après avoir passé plusieurs années à Paris pour ses études à la Sorbonne, Isabelle Roubin commence par travailler dans le milieu de la musique ; puisqu’elle est passionnée par cette discipline. Puis, au fil des rencontres, elle se rapproche du monde de la communication. Elle migre rapidement vers Nantes, où elle débute son activité chez Entrecom ; en tant que responsable et directrice de clientèle. Sa mission principale est alors d’animer tous les acteurs en relation avec l’agence et de trouver de nouveaux clients.

Après avoir navigué entre plusieurs postes au sein de la même agence, Isabelle Roubin devient directrice des Services à Valeur Ajoutée. Ainsi, elle fait principalement du recrutement. Mais aussi, elle rencontre de nouveaux partenaires, participe aux stratégies mises en place par l’agence ; et apporte des idées nouvelles aux projets gérés par Easycom.

Un métier avec des enjeux divers

Analyser les clients, déceler là où il y a un manque et les convaincre d’aller sur ce territoire ; c’est le cœur du métier d’Isabelle Roubin. Cela passe par la description des cas de structures similaires à la leur ; afin de rassurer sur le virage à prendre pour l’entreprise. De plus, les clients ont besoin de retours immédiats (ROI) et de résultats concrets, qui nécessitent parfois un chiffrage plus élaboré. Puis, s’ils ont besoin d’un service complémentaire, l’agence sait faire. Celle-ci est reconnue comme étant très efficace au niveau de la production. Elle travaille aussi avec des experts de la photo et de la vidéo afin d’apporter une expertise complète et performante.

Isabelle Roubin : « L’humain au coeur de la communication »

Isabelle Roubin constate que « la digitalisation a tendance à avoir trop dématérialisée les relations humaines ». C’est pour cela qu’elle souhaite conserver les échanges humains dans son activité.

Selon elle, au sein d’une agence, il est nécessaire que chacun ait sa fonction. Pour avancer, même si « toutes les idées sont dans toutes les têtes. » En effet, bien que les projets soient répartis au sein de l’agence, chaque personne est encouragée à émettre ses idées ; si le sujet la touche et si la proposition est cohérente.

Le print est-il amené à disparaître ?

Le digital apparaît souvent comme une solution technique et immédiate. Cependant, Easycom a une culture très reliée au papier puisque c’est son métier de référence. L’agence veut donc intégrer le digital dans ses stratégies sans pour autant délaisser son support de prédilection. Si on utilise du digital sans un vrai plan d’action qui l’accompagne, cela n’a pas d’intérêt !

Avec les enjeux sociétaux et environnementaux, le support papier est souvent considéré comme en voie de disparition. Selon Isabelle Roubin, ce n’est pas le cas. En effet, on observe maintenant que le digital est tout aussi polluant. Notamment à cause de l’énergie dépensée pour le stockage de données. Il est donc important de comprendre qu’aujourd’hui, c’est la complémentarité du digital et du papier qui est importante. L’enjeu est finalement de savoir combiner correctement les deux. L’exemple que l’on peut citer ici est Amazon, pur produit du digital, qui développe désormais des points de ventes physiques afin de revenir à l’essence même du commerce.

Quelques conseils pour l’avenir par Isabelle Roubin

Isabelle Roubin conclut en livrant quelques conseils, à propos des choix qui définiront notre carrière. « Il faut avancer sans craintes, sans doutes mais avec un questionnement sur ce qu’on souhaite faire. Il est nécessaire d’avoir des connaissances mais il faut aussi avoir conscience que ce sont les rencontres et les opportunités qui nous ferons avancer. Les nouveaux métiers migrent sans cesse donc il faut savoir s’adapter. Il est aussi important d’observer, de s’ouvrir à des nouveaux outils et de nouveaux domaines et surtout être curieux. »

Cet article a été rédigé par Florine Berteau, étudiante en 3e année à l’ISEG Nantes