MASTERCLASS : Mathieu Winckelmuller, diplômé de l’ISEG Nantes 2021 et chef de projet événementiel

Mathieu Winckelmuller est diplômé depuis juillet 2021, d’un MBA Evénementiel et relations publics. Il est Chef de projet événementiel junior au cabinet Boisliveau Consulting. Il s’est livré sur son parcours d’étudiant nantais et son nouveau poste, à nos étudiants de 3e année, lors d’une Masterclass le 12 octobre dernier. Retour sur cet échange via un article de Chelsie Dufag, étudiante en 3e année à l’ISEG Nantes.

« Dans 10 ans, je me vois soit à l’étranger dans une boîte à faire de l’événementiel, soit en France sur la côte Basque. »

Mathieu Winckelmuller, diplômé ISEG Nantes promo 2021

Un cursus scolaire très formateur

Après cinq années d’études à l’ISEG Nantes, Mathieu Winckelmuller a livré ses conseils aux actuels étudiants nantais et futurs diplômés. Pour lui, un point essentiel durant ses études est le réseau que l’on se fait à l’école. « La personne qui est à votre droite ou à votre gauche, c’est votre futur réseau quand vous allez sortir de l’ISEG ». Il ne faut donc pas négliger ses camarades de promotion. Certains de ses amis de l’école ont su en tirer profit pour trouver un emploi à la sortie des études.

Au-delà de ses camarades de classe, faire du relationnel avec les intervenants est tout aussi important, selon Mathieu Winckelmuller. « Aujourd’hui, les intervenants sont encore des personnes que j’appelle parce que j’ai des soucis sur tel ou tel événement » a-t-il expliqué aux étudiants de 3e année. Il s’agit du premier réseau des étudiants et ce sont, en plus, des professionnels qui peuvent apporter différents conseils. S’amuser et apprendre sont également deux verbes qui ne sont pas antinomiques pour notre invité. Il faut savoir prendre plaisir en cours et en dehors des cours ; afin de s’épanouir pleinement tout au long de sa scolarité.

Le réseau de l’école, ce sont aussi les événements école…

Afin de bien réussir sa scolarité, Mathieu Winckelmuller recommande d’assister aux événements de l’école, aux conférences organisées comme celles des « invités de la semaine ». Il faut également, selon lui, « bosser » et se donner les moyens d’y arriver en travaillant avec régularité.

Enfin, pour tous ceux qui veulent faire de l’événementiel, Mathieu Winckelmuller les encourage à s’inscrire dans des associations, à monter et proposer des événements à l’école.

Des expériences professionnelles enrichissantes

Deux expériences professionnelles ont été enrichissantes pour l’ancien étudiant de l’ISEG Nantes. La première a été son stage de 1re année qu’il a effectué dans une agence parisienne : Hopscotch, au poste de junior au service des relations publics et presse. « J’avais des clients comme Burger King, Huawei, Canon, la SNCF, Quick et Coca » a-t-il confié. Ce stage lui a permis de comprendre plusieurs choses ; tout d’abord, qu’il ne voulait pas travailler en agence, que les relations presse n’étaient pas ce qui lui plaisait et enfin qu’il ne souhaitait pas travailler à Paris. Malgré cela, il ajoute avoir passé trois mois « hyper cools et instructifs ». Travailler à Paris suppose plusieurs contraintes mais est très formateur, selon Mathieu Winckelmuller.

La deuxième entreprise qui a marqué notre invité est Redbull ; pour laquelle il a travaillé pendant un an et demi au poste de Student Brand Manager : « Je m’occupais de tout ce qui concernait la relation entre les étudiants, les écoles et la marque. » Cette expérience a été formatrice pour lui car elle était portée davantage sur du management où il fallait gérer les « coups de pression des autres managers sur la gestion de certains événements, la gestion de produits ainsi que les objectifs. »

 L’envie de monter sa propre boîte

« Monter sa boîte, cela ne coûte rien ». Mathieu Winckelmuller a invité les actuels étudiants de l’ISEG Nantes à oser et créer. De quoi donner à réfléchir à de nombreux jeunes, toujours à l’écoute de ses propos. C’est en effet ce qui l’a amené à créer en 2018 sa boîte de conseils en événementiel, auprès des entreprises.

Le côté freelance permet en effet de travailler, tout en étant étudiant. Cela lui a permis d’obtenir un revenu et de l’expérience qui est, selon Mathieu Winckelmuller, « la chose la plus importante que vous avez sur le CV. »

L’événementiel, un métier challengeant

Désormais Chef de projet événementiel, Mathieu Winckelmuller nous raconte son parcours dans le métier. Le premier projet en événementiel lors de son stage en 3e année l’a marqué. Il s’agissait de la réalisation d’un séminaire pour des directeurs d’entreprises à Riga, la capitale de la Lettonie. « Le premier soir, ça n’a pas marché » – les différences culturelles entre la France et la Lettonie se sont faites ressentir pour le jeune français.

Par ailleurs, le stress que vous avez lors des événements est plus difficile à gérer dans ce métier, selon Mathieu Winckelmuller. Il faut « s’avoir changer le stress en adrénaline. Cela permet de transformer le stress négatif en stress positif. »

L’événementiel pendant les confinements

« Merci aux aides de l’Etat » s’est confié Mathieu Winckelmuller aux étudiants de l’ISEG Nantes. A cette période, il était en alternance. Il a ainsi pu conserver cette dernière. Il s’est mis d’accord avec son patron pour ne pas faire d’événements digitaux parce la visio n’était, pour lui, pas une solution envisageable. Malgré tout, entre les deux premiers confinements, vers septembre et octobre 2020, Mathieu et son patron ont pu réaliser deux événements.

Sortir du lot dans un domaine très compétitif

Pour se différencier et apporter des contenus originaux, il faut perpétuellement se remettre en question et faire de la veille selon Mathieu Winckelmuller. Il a ajouté que la curiosité est une qualité principale. Un dernier conseil utile pour les étudiants de l’ISEG Nantes.

Merci à Mathieu Winckelmuller pour son intervention auprès des étudiants de 3e année de l’ISEG Nantes !

Vous voulez en savoir plus sur l’univers du marketing et de la communication ? Venez nous rencontrer en Journée Portes Ouvertes ! Dates et inscriptions ICI