MASTERCLASS : Charles La Fay de We Network

Chaque mercredi, l’ISEG Nantes reçoit un professionnel du Marketing et de la Communication afin qu’il partage ses expériences professionnelles et parfois personnelles avec les étudiants. Ce mercredi 9 décembre 2020, l’ISEG Nantes a reçu Charles La Fay. Il est donc venu partager son parcours et ses expériences avec les étudiants de 3e année. Charles La Fay est actuellement directeur général adjoint chez We Network. Retour sur cette heure d’échange virtuel via un article de Lucile Vendé, étudiante en 3e année à l’ISEG Nantes.

Qu’est ce que We Network ?

A ses débuts, en 2014, We Network était une association regroupant des entreprises de l’électronique. Cette association avait pour but de fédérer les petites entreprises pour qu’elles soient regroupées dans un réseau, afin de les rendre visibles face aux grands groupes.

Aujourd’hui We Network est une société installée en Anjou, avec à son bord près de 19 collaborateurs. L’entreprise concentre son activité en conseil et développement des industriels (PME et TPE) vers une industrie 3.0. 

L’objectif de We Network est d’amener les directeurs d’entreprises industrielles à moderniser leur société. Grâce aux différents profils experts chez We Network, ces objectifs sont possibles à travers la réalisation d’audits, d’études. Ces experts proviennent de domaines professionnels tous très différents. Charles La Fay a expliqué que les profils différents sont notamment ceux qui attirent We  Network (universitaires, doctorants, personnes issues d’entreprises  privées…). L’échange des connaissances est très important. Les experts vont explorer les possibilités et la faisabilité technique des nouvelles technologies mécaniques, tout en mesurant l’impact économique des projets. Le tout, avec des retours sur investissements.

Les recherches mécaniques et technologiques de We Network  permettent aux  PME et TPE d’améliorer leur rentabilité et leur projet,  lorsque celles-ci n’ont pas la possibilité de créer un service Recherche et Développement. We Network a la capacité de partager ses services R&D afin de créer des produits intelligents pour ses clients. Leur pôle de recherche joue un rôle d’expérimentation (prototypes, cartes électroniques, imprimantes 3D, laser). Les problématiques sont simples et intéressantes  : comment amener le digital auprès des industriels classiques, qui permettrait d’augmenter les marges, de gagner en notoriété et  même de créer des  postes spécifiques.

Le parcours scolaire de Charles La Fay

Passionné par la conception et la réalisation d’un produit de A à Z, Charles La Fay entame une licence en mécanique. Il s’intéresse à la création d’un produit, mais également au processus (RH, droit, finance). C’est pourquoi, après sa licence, il s’est dirigé vers une école de commerce à Toulouse dont il ressort diplômé en 2001.

Il débute sa carrière en tant que consultant conseiller dans une agence parisienne. Cependant, il souhaite revenir vers son domaine de prédilection : l’ingénierie. Il décide alors de se consacrer au développement   commercial des entreprises dans l’aéronautique. En quittant la région parisienne, il s’oriente vers le développement commercial de bureaux  d’études à Nantes.

Charles La Fay lance sa Start-Up

Désireux  de   changement,  il  décide  un jour  de lancer sa start-up en conseil. Le but étant d’accompagner des start-up ou de grands groupes en pleine réflexion sur leur modèle économique.  Il a expliqué l’atout d’avoir pu travailler avec  plusieurs types d’entreprises : cela a permis  de faire un petit mix and match et de conseiller des grands groupes sur  leur  modèle économique  tout   en    ayant   le modèle  des start-up  à  côté.  Mais Charles La  Fay  a voulu revenir aux fondamentaux de l’industrie qui, selon lui, sont prometteurs. Pour lui, l’industrie est un domaine de création d’emplois, où il souhaite ajouter ses connaissances en gestion de Start-up. Il souhaite également y intégrer le digital.

Charles La Fay et son rôle chez We Network

Aujourd’hui, à  44  ans, Charles La Fay a rejoint We Network en mars 2020 et est devenu directeur général adjoint en charge du développement commercial. Son rôle est donc de conseiller les clients sur les modalités à suivre pour améliorer le développement de leur entreprise, tout  en apportant le digital et de nouvelles technologies mécaniques. D’après  lui, les relations avec les clients ont évolué, au vu des améliorations de l’économie et des technologies. 

La relation  client est une  base très importante dans le métier de Charles La Fay : il faut que le client puisse avoir confiance en une entreprise, pour qu’il fasse part de ses projets et de ses idées.

Pour Charles La Fay, chaque journée est rythmée par différentes tâches. Le matin, il s’agit de faire de la veille personnelle (état du marché) et professionnelle (état de l’industrie, de l’électronique). L’échange avec les équipes et experts de We Network est une étape importante de la journée, afin de discuter sur les possibles technologies mécaniques et digitales à créer ou mettre en place. Le suivi client est également un moment très important. Entre rendez-vous, déplacements  et rencontres avec l’entreprise ou le chef de projet, Charles La Fay doit être présent sur les différentes étapes de création, afin d’établir un plan pour le client sur les enjeux qui permettront d’accéder à une transformation digitale comme le propose We Network. Charles La Fay termine en général sa journée par de la prospection, en lien avec la veille qu’il a effectué le matin.

Les conseils de Charles La Fay

Resté   humble  et  ouvert   d’esprit   sur   tout  ce   qui l’entoure, Charles La Fay est resté à l’écoute de l’évolution  du marché de la mécanique, mais aussi du digital, en perpétuelle croissance. Cela lui permet d’être très connecté avec ses équipes en R&D, de pouvoir échanger facilement avec eux et de mener à bien un projet. Sa  formation en mécanique mais aussi en école de commerce  lui a permis de ne pas se spécialiser dans la technique mais de rester général et ouvert sur tous les aspects du  monde. 

Il a notamment fait part à nos étudiants, des qualités requises dans ce domaine. Bien évidemment être une oreille attentive auprès de ses clients. Mais aussi, devenir spécialiste, expert dans son domaine quand on en a la possibilité. Mais également s’intéresser en long et en large à son sujet. Charles La Fay a rappelé un conseil très important : les erreurs font parties du parcours. C’est en faisant des erreurs que l’on apprend. Pour  lui, il  faut garder à  l’esprit tous les bons aspects de son métier et savoir se féliciter quand c’est un  succès.

Les conséquences de la Covid-19 pour We Network

Suite à la crise sanitaire liée au coronavirus, l’impact économique a été très mauvais pour le business de certains clients et a indirectement touché We Network. Comme l’a expliqué Charles La Fay, beaucoup d’entreprises (PME ou TPE) se sont effondrées. Mais en  revanche, certaines ont su innover durant cette crise sanitaire.

Pour rappel, We  Network est avant tout une association. C’est pourquoi, elle a mis  en place un  système pour que les entreprises puissent discuter entre elles et échanger durant cette crise sanitaire. De plus, We Network a subi des impacts organisationnels, puisque le siège se trouve à Angers et donc le travail en distanciel a dû être instauré. Ce qui soulève également la question du télétravail et de sa récurrence en entreprise, puisque les employés se sont organisés et habitués à cela.     

Charles La Fay espère donc d’ici 10  ans, avoir déployé la notoriété de We  Network et l’étendre sur le territoire national. En effet, la présence d’entreprises comme celle-ci n’est pas encore importante sur le marché. C’est donc une opportunité pour We Network.

Merci à Charles La Fay pour son intervention auprès des étudiants de l’ISEG Nantes.

Vous voulez en savoir plus sur l’ISEG Nantes et l’univers du Marketing et de la Communication ? Rencontrez-nous en Journées Portes-Ouvertes. Plus d’informations : ICI.

SUMMER CODE CAMP IS COMING…

En partenariat avec Epitech – l’École de l’Innovation et de l’Expertise Informatique – les étudiants de 1re année de l’ISEG