christelle-delarue-lionne-sexisme-conference-iseg-one-toulouse

Une « Lionne » en conférence à l’ISEG Toulouse

C’est avec une grande fierté que nous avons reçu vendredi 25 octobre, Christelle Delarue, créatrice de l’agence Mad & Women la 1re agence de publicité féministe. Christelle Delarue est également la fondatrice de l’association « Les Lionnes » ; qui lutte contre le sexisme dans la publicité, le marketing et la communication. Le thème de la conférence ISEG One était donc sans surprise sur « la liberté de la femme dans les métiers du marketing et de la communication ». Retour sur cette rencontre enrichissante.

« Les Lionnes » luttent contre le sexisme

 « Tu n’es qu’une merde, tu sais même pas écrire », « Quand je t’appelle, tu réponds, t’es mon extension », « Je peux faire de ta carrière un enfer ».

Le début de cette première conférence ISEG One de l’année démarre fort !

« C’est ce type de verbatim qu’entendent les femmes au quotidien et que l’on a donc installé sur les devantures des agences » explique Christelle Delarue. Avec son association « Les Lionnes », Christelle Delarue a mis en place une campagne d’affichage hors-normes. Des agences de publicité à forte notoriété se sont vues coller des affiches sur leur devanture de bureau. Le but : dénoncer la violence du sexisme ordinaire subit dans le milieu professionnel et plus particulièrement celui de la publicité / communication / marketing.

Pour Christelle Delarue qui a travaillé dans de prestigieuses agences de communication, il était temps de dire stop aux campagnes sexistes, au mal-être des femmes. Grâce à son agence et son collectif, elle souhaite « éradiquer » le sexisme et les stéréotypes. Elle accompagne ainsi les annonceurs sur leur image de marque, le mécénat et le sponsoring d’actions œuvrant pour les femmes.

Être acteur du changement

Tout au long de son intervention, Christelle Delarue sensibilise nos étudiants.

Votre génération va avoir le pouvoir de créer des messages, des images. Si vous êtes acteur du changement, vous pouvez changer le secteur ! explique t-elle aux étudiants.

Christelle Delarue leur fait prendre aussi conscience à travers des chiffres, qu’un changement doit être immédiat. Par exemple, à Paris :

  • 11% des femmes sont directrices de la communication
  • 11 femmes sur 61 sont directrices de création

Elle souligne à travers la campagne vidéo « Women are not object » que « la publicité, si elle est bien utilisée, est une puissante arme de construction. Mais elle peut aussi être une puissante arme de destruction. »

Pendant près d’une heure, Christelle Delarue provoque, sensibilise, interpelle, choque même. En tant qu’école de marketing et de communication, nous sommes acteurs ; nous nous devons de faire avancer ce changement !

« Faites très attention à ce que vous allez proclamer, choisissez vos combats et ne lâchez rien » fût le mot de la fin de Christelle Delarue.

Fermer le menu