Rencontre avec Philippe Roumilhac, Directeur Opérationnel de NETCO

Nous avons eu le plaisir d’accueillir ce mardi 15 janvier à l’ISEG de Lille, Philippe Roumilhac, Directeur Opérationnel de NETCO Group.

 

Qui est Philippe Roumilhac ?

Diplômé de ECS Amiens et Science Po Paris, il débute sa carrière en tant qu’annonceur chez Maison Familiale. Par la suite, il intègre le secteur de la distribution pour la marque Vêtir.

Il rejoint ensuite l’agence Hourra en tant que Directeur Marketing et dirige les campagnes de communication. L’agence a fusionné avec Publicis qui devient Publicis Hourra, aujourd’hui connu sous le nom de Publicis ETO.

C’est en 1993 qu’il fonde sa première agence du nom de Nouveau Monde DDB qui allie culture, technologie et créativité. Il en est le président jusqu’en 2011.

Plus tard, il intègre CMB Expert qui est racheté par le groupe NETCO. Il assure dorénavant la direction des opérations et aide aussi les plus petites agences à s’intégrer au groupe.

« Dans ce monde très compétitif, le monde de la publicité, il faut savoir bien s’entourer, pouvoir évoluer et perdurer. […] Il n’y a pas de barrière capitalistique. Il ne faut que votre tête, de la motivation et du talent pour faire la différence.»     

Il considère également que le talent est essentiel pour se démarquer des autres. C’est un monde très fluide dans lequel les grands groupes rachètent des plus petites entreprises.

Selon Philipe, il n’existe aucune formation type nécessaire pour devenir publicitaire, on peut s’adonner aux joies de la publicité et de la création sans avoir fait une formation spécialisée.  Il faut connaître les comportements des consommateurs et ses produits pour avoir des idées nouvelles fortes à lancer sur le marché.

 

Et dans l’agence de communication ?

Philippe Roumilhac nous a ensuite présenté les différents postes et fonctions d’une agence de communication.

Le publicitaire, capable de créer une expérience, un concept ou une campagne qui va permettre à une marque de réaliser ses objectifs. Il doit influencer favorablement et persuader les consommateurs à l’achat. « Le publicitaire, c’est aussi l’avocat des marques : aucun jugement sur ses activités. »

Le dirigeant, qui se doit d’être un salarié comme les autres, gérer les Ressources Humaines, les différents services ou encore s’occuper de l’organisation de l’entreprise. « Dans une agence, il y a beaucoup de rapports sociaux, humains. C’était 30% de mon temps chez DDB. »

Le chef d’entreprise, qui ouvre et ferme la société et qui est parfois contraint de mettre une partie de ses biens pour faire fonctionner son entreprise.

Enfin, les animateurs et les commerciaux, qui ont pour rôle d’animer les personnes pour qu’ils cohabitent au mieux au sein de l’entreprise et de mettre en scène les différentes idées pour maintenir la relation client/entreprise et vendre les campagnes publicitaires.

 

Et aujourd’hui ?

Actuellement, les influenceurs sont une bonne source de publicité auprès de la société de consommation. Ils ne sont pas des menaces mais des opportunités. Aujourd’hui, tout s’est développé à vitesse grand V.

« Le brand content est devenu le nerf de la guerre et, tous les jours, je dois m’intéresser à ma communauté. » Philippe Roumilhac nous explique que la consommation est surtout un levier de transformation.

Pour résumer, il faut trouver le bon insight pour innover et perdurer. Faire de la publicité, c’est vendre, séduire, convaincre les clients soit les annonceurs, mais aussi convaincre les consommateurs des marques.

 

Merci à nos élèves de 3e année pour cet article enrichissant, Paul Cotat et Anne-Charlotte Dautriche.

 

 

Fermer le menu