Rencontre avec Laurent Manceron, CEO founder Les déglingos

Ce mercredi 14 novembre, nous avons eu le plaisir de recevoir Laurent Manceron, CEO Founder Les déglingos à Nantes. Les élèves de 3ème année de l’ISEG Nantes ont beaucoup appris de cette rencontre.

Avec des personnages contaminés par la « rigolote aiguës » , Laurent Manceron révolutionne le doudou.

Plus de 10 ans après la création de sa société Glob Trotoys, l’audace de ce Nantais a bien payé. En effet, les plus grandes stars ont succombé au charme de sa collection. Qu’ils se nomment Muchachos, Jambonos, Charlos ou encore Nonos, les Déglingos sont nombreux à avoir été adoptés par les enfants.

Une collection farfelue

Déjà dans le milieu du jouet en tant que directeur export, Laurent Manceron a créé son entreprise suite à un licenciement. « Je souhaitais sortir des sentiers battus, des peluches classiques aux couleurs rose ou bleu pastel ». L’idée a alors été de créer quelque chose de neuf, avec des matières nouvelles et des personnages totalement loufoques.

 

De Nantes à Hong Kong

Après avoir travaillé pendant un an, seul avec sa styliste et ses idées en tête, le fondateur de la marque compte une quinzaine de salariés en France mais aussi basés à Hong Kong. Par le biais de son ancien emploi, s’exporter à l’étranger a été pour lui une évidence et c’est d’ailleurs à l’export qu’il réalise plus de la moitié de son chiffre d’affaires.

Aujourd’hui, Laurent Manceron confie sa marque à des partenaires à l’étranger, où chacun est agent de la marque sur son territoire. La Corée du Sud et l’Espagne sont notamment deux marchés avec un fort potentiel de croissance.

Finalement, le succès de la marque dépend du buzz découlé par la communication, de la capacité des partenaires à faire connaitre les produits lors de salons. Et si les distributeurs n’ont pas de potentiel ni de budget pour communiquer, la marque ne se développe pas.

Laurent a choisi de positionner Les Déglingos comme une marque premium car les produits sont plutôt onéreux, dus aux matières de qualité utilisées lors de la conception et de la fabrication… De ce fait, les produits ne sont pas distribués dans les magasins de grande distribution mais dans de petites boutiques indépendantes.

L’arrivée d’internet est venu grignoter les ventes des magasins physiques alors le fondateur tente de diversifier sa marque à court et moyen terme. À venir : des projets de dessins animés avec des producteurs aux États-Unis, des projets d’édition avec la naissance de super-héros. Mais également des nouvelles catégories de produits avec de nouveaux personnages.

Cet article vous a été proposé par Clara Guérif, étudiante en 3e année à l’ISEG Nantes.

Fermer le menu