Conférence : le retour aux sources du général Nicolas Casanova

Le mercredi 14 Juin,  l’ISEG Strasbourg a accueillit dans ses murs le général Casanova. Retour sur cet événement marquant du campus à travers un article extrait du média local, les DNA.

L’ancien gouverneur militaire de Strasbourg, le général de division Nicolas Casanova, a été reçu comme un prince ce mercredi à Strasbourg. L’occasion de revoir ses amis et de se prêter au petit jeu des autographes pour son dernier livre Opération Licorne 2003.

Ils étaient tous là : anciens députés – que ce soit Eric Elkouby (Strasbourg 1), Jean Philippe Maurer (Strasbourg 2) ou André Schneider (Strasbourg 3), responsables économiques, forces vives de la ville… Tous réunis ce mercredi à l’ISEG à l’invitation de son directeur Eric Hamel, pour retrouver le général Nicolas Casanova, gouverneur militaire de Strasbourg qui a commandé la 2ème Brigade Blindée, de juillet 2016 à avril 2018.

« Heureux de revoir tant de visages connus », a dit l’intéressé pour qui « Strasbourg restera un événement majeur dans sa carrière. Synonyme aussi d’ouverture vers le monde politique et économique local. »

Officier rompu aux opérations, le général Nicolas Casanova a commandé en 2003 un bataillon au début de la guerre civile en république de Côté d’Ivoire, dans une région marquée par la déliquescence de toutes les formes d’autorité. A la suite d’une tentative de coup d’État et au contrôle de plusieurs villes dans le nord et le centre de la Côte d’Ivoire par des forces rebelles, il a commandé le 1er Régiment étranger de cavalerie (1er REC). Il a passé deux mois dans le marquisat de San-Pedro et deux mois à Abidjan. Objectif premier : assurer la sécurité des ressortissants français.

« Des expériences humaines très fortes »

Dans son ouvrage « Opération Licorne 2003 », un bataillon en opération dans le marquisat de San-Pedro, l’auteur raconte « des expériences humaines très fortes »,  » la vie de ces soldats, dans ce qu’elle a d’amusant et de tragique… car même dans les drames, on a des éclats de rire… ».

Pourquoi ce besoin de raconter aujourd’hui l’opération Licorne ? « J’ai commencé à écrire ce livre en 2012. J’écrivais lorsque j’avais le temps, je me suis interrompu, puis j’ai repris.. Je l’ai fait relire en particulier à des femmes, car elles sont très exigeantes. »

Résultat : sur les conseils de l’historien strasbourgeois Richard Seiler, le général frappe à la porte de Christian Riehl, directeur des éditions du Signe. « J’avais envie de travailler avec un éditeur local. » Ce mercredi à Strasbourg, le général Casanova était en terrain conquis. Officier de Cavalarie, il a effectué une carrière partagée entre les opérations et l’échelon politico-militaire où elles se décident. Il a publié en 2011 « Tempête du désert », l’histoire d’un peloton de légionnaires cavaliers engagés dans la première guerre du Golfe. Il rêve déjà d’écrire un troisième livre. Mais pas de souvenirs militaires. Ce sera un roman. Mais chut…

Retrouvez toute l’actualité du campus de Strasbourg.

Fermer le menu