Challenge 24H Chrono : à travers le regard d’une étudiante

Le jeudi 06 juin, les résultats du Challenge 24h Chrono sont tombés pour les équipes lilloises. Une seule d’entre-elles va pouvoir transmettre son dossier à l’annonceur D.R. Harris & Co. Il s’agit de la dernière étape du challenge : la transmission des dossiers à Paris ! Les équipes gagnantes des 7 campus ISEG de France attendent les résultats finaux…

Clémentine Deger, membre de la team gagnante revient sur cet événement marquant de fin de 1ère année

Ta réaction face au brief en anglais lancé par l’annonceur ?

« Au début, c’était un peu difficile de comprendre ce qui nous était demandé, mais dès qu’il y a eu le PowerPoint, ça a été nettement plus simple. Je pense que c’est plutôt le fait d’être en transmission qui rend la chose plus difficile, de ne pas être directement face à la personne.

Concernant le brief, c’était une question à laquelle nous avions déjà fait face cette année, mais avec un peu plus de contraintes. Nous avions pratiquement carte blanche pour établir une stratégie. Il fallait juste définir la bonne cible et rester en cohérence avec la marque et la consigne, bien sûr. »

Avais-tu des craintes ou des doutes ?

« Je pense que, comme beaucoup de personnes, la consigne est assez floue jusqu’à ce que l’on fasse le point en équipe.

Personnellement, je craignais de ne pas réussir à produire quelque chose de bien en seulement 24 heures. Habituellement, nous avons au moins 3 jours pour réaliser une bonne stratégie à partir de ce genre de question. J’ai eu peur que l’on prenne trop de temps pour se mettre dans le bain et que l’on perde des minutes qui étaient vraiment précieuses.

Des doutes se sont fait ressentir au niveau de l’anglais car le dossier ainsi que la présentation devaient être intégralement en anglais. Il a fallu s’approprier une présentation en peu de temps, même si ce n’était que 5 minutes d’oral. »

L’organisation au sein de ton équipe ?

« Chaque fois, durant les premières minutes, on étudie l’annonceur, donc l’entreprise D.R. Harris & Co London. Afin de se familiariser avec leurs produits, leurs valeurs, leur histoire, nous nous sommes toutes attelées à la recherche d’informations. Nous avons ensuite rassemblé tous les renseignements qui nous paraissaient les plus importants aux vues du brief.

Enfin, nous nous sommes réparties les tâches selon l’idée que nous souhaitions proposer. »

Comment as-tu perçu cet aspect « 24h » ?

« Au début, plutôt comme une pression. Tout au long de l’année, je me demandais comment nous allions faire pour rendre un travail de qualité en si peu de temps. C’est vraiment ma hantise de ne pas rendre quelque chose qui me semble correct et satisfaisant.

Mais finalement, j’ai trouvé ça plutôt amusant, on a vraiment eu le temps de faire ce qui nous paraissait le plus juste pour la marque. On a même eu le temps de dormir, ce qu’on ne prévoyait pas au début. C’était une très bonne surprise de se rendre compte qu’il était finalement possible de passer une vraie nuit. Bien sûr, le stress de l’oral a un peu perturbé mon sommeil. Mais j’ai vraiment trouvé ça amusant et la pression est devenue petit à petit une motivation. »

Et vous êtes les grandes gagnantes du campus !

« À vrai dire, pour être totalement franche, je n’étais pas totalement convaincue de notre rendu. Selon moi, nous n’avions pas correctement utilisé les cinq minutes d’oral pour se défendre.

Alors, lorsque nous avons reçu le mail annonçant les représentants de Lille, j’ai été assez surprise de voir mon équipe apparaître ! Nous étions encore en compétition avec une autre équipe et n’avions que la soirée pour se défendre mieux avec des visuels de qualité. Le challenge a donc encore duré jusqu’au lendemain. 

Mon équipe et moi avons donné le meilleur de nous-mêmes pour être désignées gagnantes du campus lillois. En prenant du recul, j’ai réalisé que notre stratégie de communication a un réel potentiel dans la durée mais surtout dans son efficacité. Il faut savoir être original, mais la simplicité d’une bonne stratégie de communication peut davantage en dépasser d’autres.

Au final, je suis vraiment fière de représenter Lille. Être première sur six équipes, c’est quelques chose. Même si les appréhensions et le stress étaient présents, je pense qu’on a vraiment réussi à apporter une recommandation qui peut correspondre à la marque.

J’ai vécu cela comme une très bonne expérience et je suis déjà impatiente de faire le prochain challenge. J’ai surtout envie de travailler sur un sujet avec ce côté « défi », rester tard le soir pour le perfectionner, réaliser quelque chose de fantastique en très peu de temps. »

 

 

 

Fermer le menu