Masterclass : Bérengère Dastarac, Présidente de Nowave

Le 12 février dernier, les étudiants de 3e année ont eu le plaisir de recevoir Bérengère Dastarac. Cet échange a été l’occasion pour eux d’en apprendre un peu plus son parcours mais également sur l’entrepreneuriat au féminin.

Qui est Bérengère Dastarac?

Après avoir terminé ses études en Grande Bretagne, elle se lance dans l’entrepreneuriat au Caire à l’âge de 26 ans. Elle a d’abord commencé sa carrière dans l’enseignement puis s’est rapidement reconvertie pour devenir directrice de création dans de grandes agences internationales telles que JWV. Elle se rend compte que la pub est un domaine stressant et qu’elle souhaite s’impliquer dans d’autres projets. Sa carrière s’oriente dès lors vers une de ses passions : la production de films. Elle exerce ce métier pendant près de 8 ans.

La naissance de son projet : NOWAVE

Durant l’année 2011, elle produit un film qui est nominé au Festival de Venise : un beau couronnement après des années de travail.  Bérengère est fière et pense que cette nomination va lancer ce film partout dans le monde. Cependant, le film qui a été distribué dans 15 pays reste un “film d’auteur”. Elle en conclut que “ce n’est pas parce qu’on est sélectionné dans un festival que le film va être vu”.

Après son départ du Caire et son retour en France, elle comprend grâce à Netflix que mettre des films en ligne contribue à une meilleure visibilité de ces derniers. Elle remarque également que les films d’auteurs ne sont pas assez mis en avant. Elle lance donc sa start-up en 2015 et sa plateforme en ligne de films d’auteurs en 2017.

“Mon entreprise est le fruit de tout ce que j’ai fait. Ça a été un parcours du combattant, l’entrepreneuriat est une superbe aventure mais c’est des montagnes russes. Il ne faut pas lâcher, il ne faut rien lâcher”. 

Elle a longtemps qualifié sa startup de “startslow” car sa progression était lente, elle est parfois revenue en arrière, afin de se poser les bonnes questions.

Ses autres projets

Bérengère Dastarac travaille avec diverses entreprises et traite de différentes problématiques à travers le monde du film.

Elle s’est récemment associée avec la SCIC “Lune Bleue” comprenant des musiciens, chefs cuisiniers, ostéopathes, designers, … Leur objectif est de mettre en commun leurs compétences et leur vision du monde pour créer une valeur intangible afin d’améliorer le monde et de ne pas être dans l’hypercroissance. Cette SCIC lui donne l’occasion de travailler par exemple sur un projet dans le Gers autour des tiers-lieux et de l’agriculture biologique.

Bérengère Dastarac nous donne sa définition du cinéma d’auteur : “Le cinéma d’auteur a des valeurs, mais il y a aussi des côtés super chiants”.

Les étudiants ont demandé à leur invitée qu’elle était sa définition du cinéma d’auteur. Pour elle, il y a plusieurs cinémas d’auteurs.
Il y a d’abord les grands auteurs comme Cyril Collard ou encore François Truffaut. Mais ce cinéma vieillit et laisse la place à un cinéma de jeunes auteurs.

Bérengère Dastarac nous dit que le véritable auteur au cinéma est celui qui invente et que sans cinéma d’auteur, il n’y aurait pas de blockbuster.

Le mot de la fin de l’invitée était le suivant : “on peut tous être auteur, tout le monde peut prendre son téléphone et filmer”.

Fermer le menu