À la rencontre de Frédéric Ollivier, PDG de l’agence Totem Numérique

Depuis plus de 20 ans, Fréderic Ollivier est à la tête Totem Numérique, une agence qu’il a fondée en 1997, spécialisée dans l’utilisation des technologies multimédias.

Après une longue expérience d’ingénieur logiciel dans le secteur aéronautique et alors que les technologies du web n’en étaient qu’à leurs prémices, Fréderic Ollivier souhaitait mettre les opportunités offertes par le multimédia (son, vidéo, images animés), alors émergent, au service de l’apprentissage.

 

En 20 ans, le spectre des technologies digitales a considérablement muté, et en ont découlé des adaptations et des évolutions constantes qui furent les facteurs clés de la réussite de l’entreprise.

« Nous devons en permanence nous challenger » constate Fréderic Ollivier.

 

Aujourd’hui l’évolution des usages renforce l’importance du mobile dans nos vies quotidiennes. On voit ainsi l’utilisation de géolocalisation en temps réel se renforcer dans les stratégies commerciales les plus abouties. Frédéric Ollivier utilise le terme de « 4ème grande ère pour la société » pour décrire cette période dans laquelle les applis, le marketing et la communication mobile prépondèrent.

 

Le marketing ciblé, que l’on appelle aussi programmatique n’est pas étranger à cette nouvelle ère, en effet il permet de « délivrer de la manière la plus précise des messages vraiment pointus vis à vis de vous, de moi. Le mobile est pour ça le support de prédilection. » nous explique le PDG de Totem Numérique.

 

Les métiers du web évoluent constamment chez Totem Numérique, on y retrouve des spécialistes de l’animation, de l’html, du dessin, mais aussi des programmeurs. Frédéric Ollivier reconnait l’importance de l’UX et l’UI dans une utilisation marketing stratégique du digital.

 

Le socle technologique s’applique à de nombreux domaines et offre ainsi aux employés un grand enrichissement personnel. L’agence n’a ainsi pour volonté de se spécialiser, et vit comme un vrai plaisir de pouvoir servir des domaines très différents comme ceux de l’agriculture, de la domotique, du législatif, du médical, du spatial … Qui plus est, un aspect attrayant de son travail est la possibilité de proposer des innovations à ses clients qui n’étaient à l’origine à la recherche que de simples exécutants de taches numériques.

 

Aujourd’hui l’agence Totem Numérique travaille notamment sur un projet d’application mobile déclinée en deux volets :

Dans un premier temps il s’agira d’une application médicale, qui permettra aux médecins de s’informer de l’état de santé de leurs patients par l’intermédiaire de relevés de données lors d’efforts physiques.

Sur le second volet, l’utilisation aura pour cible un public plus large aux accents d’action citoyenne. En effet ce volet se concrétisera par la création d’un réseau citoyen d’entraide lors de pratiques sportives, l’application sollicitera les membres du réseau en cas de détection de besoins de secours.

Cette application fera intervenir l’intelligence artificielle, non pas pour reproduire une relation humaine, mais pour recouper une grande quantité de données et de réagir en cas nécessité de la part d’un membre

 

Reprenant la métaphore de l’une de nos questions sur la dualité avantages/contraintes que peut représenter l’émergence de nouvelles technologies dans le marketing, Frédéric Ollivier nous déclare :

« Le marketing mobile ultra ciblé peut représenter un enfer mais à la fois il peut s’agir d’un paradis car il permet partage de données et l’émergence de projets à hautes valeurs humaines et citoyennes »

 

Selon Frédéric Ollivier les métiers du web et du marketing peuvent parfois apparaître comme très nébuleux, difficile à comprendre pour le grand public. L’un des enjeux majeurs est de casser l’image d‘escrocs qui colle à la peau de ces métiers. Pour cela il est important de bien comprendre les attentes de chacun pour établir une relation de confiance avec ces clients

En cela l’émergence d’une forte éthique dans nos métiers est indispensable et se matérialise par la récente adoption de la RGPD. Frédéric Ollivier conclut « Le RGPD libère plus qu’elle ne bride, il est important de redonner conscience et confiance aux gens dans l’usage de leurs données. »

Fermer le menu